Édito

Voila déjà 7 ans que nous menons le Combat pour montrer des courts-métrages en Centre-Bretagne. Drôles, incisifs, percutants, dérangeants, innovants… Les films projetés dans le cadre de Combat ne laissent pas indifférents. Ils régénèrent, ils bousculent, ils nous rendent vivants. Oui : il est possible de raconter le monde dans toute sa complexité en quelques minutes de cinéma. Quelques soient les genres abordés, quelqu’en soient les humeurs ou la tonalité, c’est leur universalité qui vise à toucher le plus large public.
Mais chaque année, notre premier Combat est de ne pas baisser les bras, de ne pas céder à l’apathie ambiante et de ne pas renoncer devant les difficultés, en particulier l’indifférence politique et administrative. Alors on (se) Combat pour proposer un événement moderne qui puisse réchauffer les coeurs au beau milieu de l’automne, dans ce territoire dit rural où nous avons une histoire commune à raconter.
Notre énergie naît de votre enthousiasme indéfectible, vous qui êtes présents chaque année toujours plus nombreux. C’est pour vous que nous assurons le Combat. Nous ne renoncerons pas et continuerons de partager ce moment unique afin de redonner toute sa force au mot « collectif ».

Merci encore pour votre présence.
Stéphane Olijnyk

Ils parlent du Festival

Tout un programme

1 Long métrage • 10 Combats • 35 courts-métrages • 1 festnoz

DU COURT AU LONG

Vendredi 22 à 20h45

COURTS MAIS TRASH
Hors compétition

Vendredi 22 à 23h30

COMBAT AU FÉMININ

Samedi 23 à 14H00

COMBAT D’ÉXILÉS

Samedi 23 à 16H00

COMBAT CONTRE
LES IDÉES REÇUES

Samedi 23 à 18H00

MINI COMBAT

Dimanche 24 à 11h

COMBATS INVISIBLES

Dimanche 24 à 14h

Mère combat

Dimanche 24 à 16h

COMBAT DE LOSERS

Dimanche 24 à 18h

COMBAT LGBT
Hors compétition

Dimanche 24 à 20h

Bernard est né et a grandi en Bretagne. Il avait 22 ans quand il a été envoyé par l’armée française en Bosnie-Herzégovine pour assurer la paix auprès de l’ONU…
Pendant plus de 20 ans, il a enfoui ses souvenirs sans jamais les raconter à sa famille ni à ses enfants. Mais la rencontre fortuite avec une jeune Bosnienne lors d’un chantier bénévole en France pendant l’été 2018 a ravivé sa mémoire. Il a entrepris de retourner sur les traces de son passage, afin de confronter ses souvenirs d’un pays meurtri à l’image de la Bosnie d’aujourd’hui.

Marion Roussey est journaliste et professeure de français. Geoffrey Brossard est développeur et photographe. Passionnés des Balkans, ils ont déjà mené plusieurs projets en Bosnie-Herzégovine.

Fest noz

Samedi 23 à 20h30

 

Projection sur place

DE LA FUREUR
de Thomas Keumurian (15 min)

La nuit rugit sous la complainte survoltée du concert des Bomber Love : Henri, Charlène et Georges, trois rockeurs balancent leurs morceaux sauvages et énervés. Mais en coulisse, on découvre un groupe lessivé, déchiré par les tensions alors que l’ère de l’électronique les rattrape…

Infos pratiques

Au cinéma le BEAUMANOIR, rue Douves du lion d’Or, 56120 JOSSELIN
bénéfices reversés à l’association le BEAUMANOIR.

Tarifs

Pass Weekend : 30 €*
1 séance combat : 5 €
* hors séance de clôture

Restauration
sur place